Prologue to : "Some time, we'll grow up."

Genre : Yaoi/Drama (?)/Violence (ou Viol) /!\ AVERTISSEMENT /!\

Pairings : Sora/Axel, Sora/Squall

Disclaimers : SquareEnix (les personnages ne m'appartiennent pas)

 

______________________

 

Sora soupira. Sa cour était en ébullition : son ami Zexion avait couché avec Axel, le tombeur. Ça sonnait comme un exploit, dit par lui, alors que cela n’en était pas un.

Le châtain balança ses jambes et fit cogner ses talons contre le sol. Il s’ennuyait à mourir.

 

-Qu’est ce que t’en dis, Sora ?

 

Il se tourna vers son amie Kairi, qui venait de l’interpeller, et prit un air blasé.

 

-Je m’en fous totalement.

-Ne prends pas cet air arrogant ! On dirait que c’est facile de se taper Axel !

-C’est facile. Essaye de te taper n’importe qui d’autre et je dirai que je t’admire, mais Axel…

 

Sora sourit. Zexion rougit de colère.

 

-Eh bien… Je te mets au défi de te le taper. On verra si c’est si facile.

-Je relève le défi.

 

Sora se leva, attrapa son sac et fila vers la cantine, l’un de ses domaines de prédilection dans ce royaume qu’était le lycée. Une foi sa pomme posée sur son plateau, il chercha la table des surveillants, où Axel avait coutume de passer des heures, à regarder les autres élèves et à chercher son prochain coup à tirer. Il s’assit devant le rouquin, qui lui sourit, les yeux brillants. Visiblement, il pensait avoir trouvé une nouvelle proie.

 

-Bonjour, Sora.

 

Sora se contenta de sourire, énigmatique, tout en jouant avec sa pomme.

 

-Tu as besoin de quelque chose ?

-Effectivement.

 

Axel se pencha vers lui, sa jambe glissa sous la table et son pied toucha malencontreusement (?) celui de Sora. Celui-ci décida de passer à la vitesse supérieure et fit remonter son pied le long de la jambe d’Axel, qui frissonna longuement, un sourcil relevé, interrogateur.

 

-Ah, je vois…

-Et si on partait de la cantine ?

 

Axel rit brièvement, les yeux pétillants.

 

-Tu es bien trop sûr de toi, Sora.

 

Le pied de Sora toucha un point sensible de l’anatomie du plus âgé qui sursauta et déglutit avec difficultés.

 

-D’accord, je vois que tu ne renonceras pas…

-Non, tu as raison.

-Attends cinq minutes et rejoins moi aux toilettes.

 

Il se leva, prit son plateau et sortit comme si de rien était. Sora retint un éclat de rire victorieux. « Trop facile… » Pensa-t-il. Il avait donc raison depuis le début, coucher avec Axel n’était pas un réel défi. Il gagnerait son pari haut la main.

Il se leva, jeta sa pomme qu’il n’avait pas touchée et posa son plateau. Personne ne le regardait, il supposa donc que personne ne se doutait de son petit pari, ni n’avait remarqué son petit jeu.

Il se dirigea vers les toilettes et fit signe à Kairi que c’était gagné d’avance. Celle-ci se contenta de sourire, l’air inquiet, comme si elle avait un mauvais pressentiment.

Sora entra dans les toilettes. Axel l’attendait, négligemment appuyé contre la porte de l’une des cabines. Il souriait. Le sourire de celui qui a quelque chose derrière la tête.

 

-Je t’en prie, dit-il en tenant la porte à Sora.

 

Celui-ci entra dans la cabine et s’appuya contre le mur du fond, observant Axel qui ferma doucement le battant et poussa le loquet. Le rouquin n’y alla pas par quatre chemins. Il colla Sora au mur et défit leurs braguettes en un tournemain. Ses lèvres se plaquèrent sur celles du châtain, avec violence, juste une fraction de seconde, avant qu’il ne le retourne contre le mur. Il ne ralentit que pour entrer en lui, et encore, ce fut quasi-imperceptible. Fugacement, Sora se demanda quand est-ce qu’il avait trouvé le temps de mettre un préservatif.

Après quelques mouvements qui leur arrachèrent des gémissements rauques (de souffrance autant que de plaisir, dans le cas de Sora), le rouquin de pencha à l’oreille du châtain :

 

-Tu t’es fait avoir. (Il accéléra, entrant plus fort et plus vite, tandis que Sora écarquillait les yeux, en proie à une panique et à une douleur insoutenables) Tu croyais que je n’avais pas eu vent de ton petit pari ? Mais ce n’est pas moi le sex-toy, dans l’histoire. C’est toi, Sora.

 

Après un ricanement (qui, lui-même, précéda son orgasme), il se retira et jeta le préservatif dans les toilettes tandis que Sora restait prostré contre le mur, le souffle haché.

 

-Tu es beaucoup trop sûr de toi… Répéta-t-il.

 

Il sortit après s’être lavé les mains. Sora se leva, chancela, retomba. Il se sentait sale, humilié et ridicule. Axel l’avait bien eu.

Non… Pas Axel…

En sortant des toilettes, il tomba sur Zexion qui donnait à Axel un billet de 30 munnies, que l’autre empocha avec un sourire victorieux. Ils se serrèrent la main. Sora ne pouvait plus faire un pas.

Zexion l’avait vendu à Axel comme une vulgaire pute. Pour 30 foutus munnies. Il avait payé Axel pour que celui-ci donne une bonne leçon à Sora.

Le châtain sentit sa vue se brouiller et des larmes couler sur son visage, salées, acides, brûlantes. Il se mit à courir vers la sortie, sans bien savoir où il allait. Il percuta d’autres élèves, dont Riku qu’il bouscula sans le vouloir et fit tomber. Il ne se retourna même pas pour s’excuser : l’argenté, si hautain et froid qu’il fut, aurait compris qu’il avait de bonnes raisons de fuir.

Il erra tout l’après-midi entre le quartier chaud, le quartier d’affaires où se trouvait le lycée et le quartier des Konbini. Il espérait secrètement croiser Squall, le surveillant dont il était amoureux depuis des mois. Il finit par entrer dans le Konbini où celui-ci travaillait pour payer ses études d’art.

 

-Sora ? (Squall fronça les sourcils) Qu’est-ce qui t’arrive ?

 

Les larmes montèrent à nouveau aux yeux de Sora et Squall le prit dans ses bras, ne sachant pas trop comment réagir.

 

-Eh, calme-toi… Tout va bien…

 

Le châtain leva les yeux vers son aîné et déposa un baiser sur ses lèvres, doucement, comme un gamin.

 

-Sora…

-Juste ce soir… Je t’en supplie…

-J’aime Cloud.

 

Le regard de Squall était dur, mais ses mains tremblaient sur les épaules de Sora. Celui-ci planta un nouveau baiser sur sa bouche.

 

-Rien à foutre… (Il frissonna et posa la tête sur le torse de Squall, la voix tremblante, suppliante) Pitié, j’ai si froid… Je suis si sale…

 

Le plus âgé soupira et poussa doucement le plus jeune vers la réserve dont la porte était ouverte.

Ladite porte se referma sur eux et la chemise de Sora tomba au sol, sous les doigts chauds et doux de Squall. Celui-ci avait d’ailleurs ouvert sa blouse d’employé du Konbini, et découvert son magnifique torse. Sora eut le souffle coupé par une telle vision, et une petite pensée heureuse et solitaire monta dans son esprit : son rêve était entrain de se réaliser, il allait faire l’amour avec celui qu’il aimait. Un sourire spontané et candide naquit sur ses lèvres fines.

Squall fut un million de fois plus doux qu’Axel, plus lent, tendre et brûlant. Ses mains caressaient le corps de Sora sans s’attarder, tandis que son bassin faisait toujours le même mouvement, enivrant, entêtant.  Quand soudain…

Un bruit de porte qui s’ouvre. Une voix familière. Un visage figé et la même exclamation paniquée et surprise, dans les bouches de Sora et de Squall… :

 

-Riku ?!

 

À suivre, dans « Some time, we’ll grow up. » (Quand j’aurai la foi de la taper… ><’)

 

 

 

Arisu~Cocaïne ®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×