Here in my room. (Alice Nine version)

Genres : Y aoi/Lemon (Fic inutile)

Pairings : Hiroto/Tora/Saga Disclaimers : PSC company.

Avertissement ! Cette fiction peut "choquer".

Le titre est inspiré d'une chanson d'Incubus, donc il vous faut le fond sonore approprié :

http://www.youtube.com/watch?v=_B-PDE3LIjk (copiez/collez dans votre navigateur)

 

(Franchement cette image illustre bien l'esprit de la fic xD)

 

 

____

 

Hiroto soupira vivement et plaqua son oreiller sur son visage. Il se sentait abandonné par tous ceux sur qui il avait espéré pouvoir compter. Shô était parti en voyage de noces secret avec Nao, après leur mariage tout aussi secret sur une plage de Californie, ses parents étaient partis à Hawaï pour leurs noces d'or, et ses autres amis ne pouvaient pas le recevoir. A cause de cela il devait aller dans un hôtel payé par la PS Company, avec Tora et Saga qu'il aurait préféré éviter. Être dans le même hôtel, et la même suite que les deux pervers du groupe était plus que risqué pour le jeune Hiroto, puceau et fier de l'être. A dix neuf ans tout juste il pouvait se vanter d'être encore blanc comme neige à ce niveau là – ce qui faisait bien rire le guitariste et le bassiste du groupe, qui n'avaient qu'une envie : le déflorer au plus vite.
Hiroto était contre, évidemment. En jeune romantique, il espérait faire l'amour pour la première fois avec la femme ou l'homme de sa vie, et pas avant de s'être marié avec lui. Ses parents l'avaient élevé comme cela, et même s'il savait que c'était vieux jeu, il était convaincu de faire ce qu'il fallait. Cependant comme tout jeune homme de son âge, il avait des « besoins », et des envies qu'il ne contrôlait pas vraiment. Habituellement sa main droite lui suffisait, mais si jamais Saga ou Tora décidait de l'attaquer sur ce front là, il ne savait pas s'il pourrait résister.
C'était donc pour cela qu'il avait tenté de s'éloigner du reste du groupe pendant une semaine, pour ne pas se retrouver seul avec Saga et Tora. Mais toutes ses tentatives avaient échoué. Il était piégé.
Il déglutit. Le séjour promettait d'être riche en enseignements.

Le van de tournée des Alice Nine, loué spécialement pour l'occasion, déposa Tora, Saga et Hiroto à l'hôtel où ils devaient séjourner toute la semaine. C'était un petit hôtel trois étoiles, mais la compagnie leur avait réservé la seule suite disponible. Elle comportait un grand salon avec un canapé-lit dépliable deux places, une Kitchenette américaine avec un bar, une chambre et une grande salle de bains.
Une fois sur place, Hiroto se rua vers la chambre, mais Tora fut plus rapide. Il le devança d'une courte tête et se plaça devant la porte, un petit sourire un brin sadique aux lèvres.

-Non, Pon-chan. Tu ne dormiras pas ici.
-Oh pousse-toi, saleté de guitariste.
-Je te signale que tu es guitariste toi aussi, crétin.
-Je sais !

Hiroto poussa vivement Tora, qui tomba presque sur Saga, et entra dans la chambre en claquant la porte derrière lui. Il souffla. Il l'avait échappé belle.
Une fois à l'intérieur et la porte verrouillée, il entreprit de ranger un peu ses affaires dans le vaste placard. Ses tenues de scène dans la penderie, ses habits « civils » dans les tiroirs. Quand on faisait du Visual Kei, il fallait beaucoup de place, et beaucoup de tenues différentes. Une fois son travail accompli, il sortit son paquet de Lucky Strikes et s'en alluma une, regardant autour de lui. La chambre était aérée, plutôt jolie, bien que petite et dépourvue de fenêtres. Le groupe débutait, ils n'avaient pas encore droit à de grandes suites individuelles, lumineuses et chaleureuses. Mais cette petite chambre là plaisait bien à Hiroto. Et l'hôtel était convivial. Il s'y serait senti parfaitement chez lui si Saga et Tora avaient été ailleurs. Par exemple... Au fin fond de la Sibérie. Là, ç'aurait été le paradis sur terre. Le jeune guitariste soupira et décida de sortir un peu de sa chambre, histoire de voir ce que faisaient ses deux ennemis. Au moment de franchir la porte, son ventre se mit à gronder, signifiant qu'il voulait être rempli au plus vite.
Tora entendit ce bruit incongru et rit doucement.

-Tu sais Hiroto, les clopes ça remplit pas le ventre.
-Lâche-moi la grappe.

Hiroto s'assit sur le canapé et fit des ronds avec sa fumée, tandis que Saga parlait au service d'étage, de sa voix grave et rauque terriblement sexy. Ses yeux faisaient le chemin entre la porte de la suite, Hiroto sur le canapé et Tora derrière le bar, et un petit sourire étirait ses lèvres. En cet instant, Hiroto aurait tout lâché et fait taire toutes ses convictions pour que les lèvres de Saga soient siennes, rien qu'un instant. Mais il n'en fit rien, le bassiste aurait prit cela pour une invitation, et se serait empressé de répondre.
Pendant ce temps, Tora s'affairait derrière le bar. Visiblement il préparait des verres. Le bar contenait une respectable collection d'alcools divers, et le guitariste brun se faisait un plaisir d'en mélanger plusieurs, ajoutant des sodas, des jus de fruits, avec une idée particulière derrière la tête.
Il posa les trois verres sur un plateau et l'amena sur la petite table basse juste devant Hiroto. Celui-ci regarda les boissons d'un air méfiant.

-T'as fait trois quarts – un quart, c'est ça ?
-Oui mais j'ai mis plus de jus de fruits et de soda que d'alcool. Je t'assure, tu peux y aller, c'est très innocent.

Le châtain prit un verre, en huma le contenu puis en but une gorgée. C'était délicieux. On sentait une pointe de Malibu et un peu de Soho derrière le goût sucré du jus de pomme, mais Tora semblait avoir dit la vérité. L'alcool n'était pas prédominant du tout. Hiroto finit donc son verre de bon cœur. 
Pendant ce temps le brun sirotait son propre cocktail, légèrement différent de celui de son ami guitariste. Dans le sien il n'y avait pas d'alcool. Le but était de rendre Hiroto suffisamment pompette pour être moins réticent, tandis que les deux autres resteraient sobres. Tora était sûr qu'ainsi ils parviendraient à leurs fins. Le plan était parfait.
Hiroto ne se doutait de rien.
Saga revint et reposa le téléphone, un petit sourire aux lèvres. Il avait préparé le plan avec Tora, alors il savait précisément ce qu'il allait se passer. Seulement une chose n'avait pas été mise au clair : lequel des deux coucherait avec Hiroto ? Saga aurait voulu être le premier, mais il savait que Tora ne le laisserait pas faire. Il avait donc dans l'idée de lui proposer un deal. Ainsi tous deux seraient contents. Oui, le plan était parfait.

-J'ai appelé le service d'étage. Ils vont nous livrer le dîner. J'ai mis ça aux frais de la PSC, ça nous évitera de payer.
-Bonne idée. Pour une fois que tu fais quelque chose d'intelligent, ça nous change, railla Tora, un sourire empreint d'ironie au bout des lèvres.

Il savait très bien que Saga voulait être le premier à coucher avec Hiroto. Il voulait être sa véritable première fois. Mais Tora n'était pas de cet avis, parce qu'il connaissait Saga, et qu'il avait quand même beaucoup d'affection pour Hiroto. Il savait que le bassiste ne serait probablement pas doux avec le jeune guitariste, et c'était en partie cela qui le dérangeait.
Il resservit un second cocktail à Hiroto et attira Saga dans un coin pour lui parler.

-Eh, je ne veux pas que tu commences. Sinon ce pauvre Hiroto va se sentir violé. Je te connais, t'es pas franchement sympa quand t'es frustré, et ce petit con nous frustre beaucoup depuis un certain nombre de mois. Tu vas lui faire mal. 

Saga sourit, ses yeux pétillaient de malice mais une étrange lueur qui ressemblait à de l'anxiété dansait au fond de ses iris. Lui aussi avait peur de faire mal à Hiroto.

-Ne t'inquiète pas, je serai très gentil. Mais c'est toi qui va me préparer le terrain.

Tora fronça les sourcils, jetant un coup d'œil à Hiroto qui s'allumait une cigarette avec le zippo de Saga.

-Préparer le terrain ?
-Tu vas le mettre en confiance, le rendre fou de désir, le tripoter, le sucer si ça te chante, et ensuite, quand il sera bouillant, tu me le laisseras et j'en ferai mon dessert. Du coup, si tu sens que je suis à point et que je ne vais pas pouvoir me retenir de lui défoncer le derrière, tu pourras m'arrêter. Ça te va ?

Le guitariste brun réfléchit un moment, se passant la main dans les cheveux. Ça lui semblait être à la fois une bonne et une mauvaise idée. Et il n'aimait pas le vocabulaire cru que Saga utilisait pour parler de ce qui était tout de même la première fois d'Hiroto. D'un autre côté c'était probablement sa seule chance de pouvoir « préparer le terrain ». S'il refusait, Saga lui demanderait d'attendre qu'il ait fini avant de rentrer, et là il pouvait craindre le pire pour Hiroto.

-C'est d'accord. J'accepte ton idée, si tu arrêtes de parler comme ça d'Hiroto, et que tu promets de faire attention à lui.

Saga sembla s'adoucir, et se frotta le bras, comme gêné.

-Je sais, j'ai été un peu violent. Mais j'avoue que ça fait des mois que j'attends ça, et que là je commence à me consumer. J'en rêve même la nuit. En plus, si on le fait tous les trois ensemble, ça ne sera que mieux, tu ne crois pas ? Rien que d'y penser j'ai des frissons. 



Tora sourit, il reconnaissait bien là son ami. Il jouait les durs, les forts, et les séducteurs, mais au fond c'était encore un jeune homme qui s'apprête à déflorer un garçon trop mignon et trop désirable pour être réel.
Le dîner arriva peu après, il était délicieux. Hiroto but encore deux cocktails, et finit par se sentir un peu pompette, comprenant trop tard que Tora avait plus chargé ses verres que ce qu'il pensait.
Alors qu'il venait tout juste de finir son dessert, il vit Saga s'éclipser en prétendant avoir un coup de fil à passer, et Tora se rapprocher discrètement de lui. L'autre guitariste avait sur les lèvres un sourire qui ne laissait rien présager de bon.
En fait, ledit guitariste était très occupé à essayer de ne pas sauter sur Hiroto. Il n'aurait pas cru que ça serait si difficile. Il en avait tellement envie... En fait il le voulait, purement et simplement, d'un seul coup, là, maintenant, tout de suite, et tant pis pour Saga... Non. Il ne pouvait pas faire ça. 
Il posa la main sur la cuisse du plus jeune, qui la retira immédiatement, comme on chasse une mouche. Mais le brun n'était pas du genre à abandonner. Il reposa sa main un peu plus haut sur la cuisse d'Hiroto, tout en le regardant droit dans les yeux, ses pupilles sombres étant comme deux puits dans lesquels Hiroto pourrait se noyer.
Se décidant finalement à sauter une étape, il finit par s'asseoir sur les genoux d'Hiroto et lui retirer son tee shirt d'un geste assuré, en profitant pour caresser son torse, très doucement, presque trop, à lui faire perdre la tête. Et c'était justement ce qui était entrain d'arriver à Hiroto : il perdait la tête. Il ne pouvait s'empêcher de penser qu'il devrait se laisser aller, tout en sachant qu'il irait ainsi à l'encontre de ses plus fidèles principes. Après quelques secondes de réflexion, il décida qu'il s'en fichait. Ses lèvres allèrent chercher celles de Tora, qui posa une main sur sa joue pour approfondir leur baiser jusqu'à l'ivresse.
Ils restèrent ainsi enlacés pendant de longues minutes, leurs langues jouant à cache-cache, une douce chaleur les envahissant progressivement. Bientôt, Tora sentit que c'était le moment de prévenir Saga. Il fit donc sonner son téléphone, qu'il avait posé sur la table basse, bien en évidence, histoire de se rappeler sa mission. Pourtant cela n'avait pas été facile de regrouper ses pensées sur une seule tâche, autre qu'embrasser Hiroto bien sûr.
Le bassiste ne tarda pas, il était derrière la porte et écoutait, et n'en pouvait donc plus non plus. Il entra dans le salon, tira Hiroto par les mains et l'attira contre lui, l'embrassant à perdre haleine. De son côté, Tora s'était collé au dos de l'autre guitariste, écartant ses longs cheveux châtains pour couvrir sa nuque et ses omoplates de baisers et de petits coups de langue. 
Hiroto ne comprenait pas ce qu'il se passait, ou plutôt il comprenait trop bien. Il avait été piégé par Tora et Saga, et était entrain d'avancer doucement mais sûrement sur le chemin de sa première fois. Brusquement, une bouffée de panique lui envahit les poumons, comme une coulée de glace.

Et s'il souffrait ? Et s'il regrettait, ensuite ?

Les bras de Saga s'étaient enchaînés à la taille d'Hiroto, pour l'empêcher de bouger. Tora, lui, descendait doucement, suivant du bout de la langue le fin tracé de la colonne vertébrale d'Hiroto, jusqu'à atteindre ses reins. A cet instant précis, ses mains glissèrent en avant et il détacha la braguette de son ami, puis descendit son pantalon jusqu'à le lui faire enlever. Saga décida de passer à la vitesse supérieure et inversa les positions, tournant Hiroto vers Tora. Celui-ci eut le souffle coupé pendant quelques secondes, quand ses yeux entrèrent en collision avec ceux d'Hiroto. Toute la détresse, la peur et le désir qu'il y lut l'effrayèrent, et il faillit tout arrêter net. Mais c'était un peu trop tard pour reculer maintenant, de plus le désir semblait surpasser les deux autres sentiments.
Il s'agenouilla au sol et descendit le boxer d'Hiroto, qui laissa échapper un petit gémissement presque plaintif. Puis il remonta lui mordiller le lobe, en profitant pour lui souffler que tout allait bien se passer, et lui laisser une belle marque de suçon près de l'oreille. Saga, quant à lui, avait récupéré dans sa poche de pantalon un préservatif et un sachet de lubrifiant, et avait retiré son tee shirt afin de se frotter doucement contre Hiroto. Il voulait se contenir, le plus longtemps possible, pour réussir à être doux, et qu'Hiroto ne garde qu'un bon souvenir de cette nuit. Mais déjà, son membre dressé semblé doté d'une vie propre, se frottant à Hiroto en même temps que lui, mais plus bas, rêvant de pénétrer cet espace chaud et doux qui semblait si accueillant. Saga s'ordonna d'attendre, au moins jusqu'à ce que Tora ait fini ce qu'il avait commencé. 
Car Tora s'était agenouillé avec une idée précise en tête. L'une des choses que Saga lui avait proposées lors de l'échafaudage de leur plan lui était resté dans un coin du cerveau et refusait de s'en aller. Oui, il avait décidé de ce qu'il allait faire : il voulait voir le visage d'Hiroto quand il jouirait, alors il le pousserait à bout.

Il leva la tête, tandis qu'Hiroto le regardait également. Dans ses yeux dont la couleur était à mi-chemin entre le vert et le doré, une étincelle de défi dansait joyeusement. « Qu'est ce que tu attends, vas-y. » semblaient dire les pupilles d'Hiroto. Tora sourit, ses doigts commençant à glisser tout doucement le long du membre d'Hiroto, s'appliquant à ne faire que l'effleurer. La guitare lui avait donné de la corne au bout des doigts, le toucher était donc rude et à la fois très doux. Hiroto crut un instant qu'il allait s'évanouir, heureusement l'un des bras puissants de Saga le tenait. Ses jambes devenaient molles. Il renversa la tête contre l'épaule de Saga, qui couvrit son cou de baisers, et gémit doucement. Les deux autres échangèrent un regard à moitié paniqué, une décharge électrique de désir les traversant. Ils voulaient plus, oui, ils voulaient qu'Hiroto crie leur nom. Qu'il crie de plaisir, qu'il leur demande de continuer, qu'il gémisse, jusqu'à ce que leurs voisins de chambre viennent taper pour leur dire de faire doucement. Ils se sourirent. 
Tora passa à la vitesse supérieure. Avec ses doigts, sa langue faisait maintenant le trajet du haut vers le bas et du bas vers le haut, tandis qu'Hiroto tremblait et gémissait. Saga décida finalement d'essayer de tout faire à la fois. Il humidifia son index, attendit un instant que Tora accentue le mouvement, puis entra un doigt à l'intérieur d'Hiroto. 
Celui-ci se cambra doucement vers l'avant, surprenant Tora qui accéléra d'un seul coup. L'infortuné Hiroto ne savait plus où donner de la tête, étant harcelé par devant et par derrière.
Bientôt, les lèvres de Tora rejoignirent ses doigts et sa langue. Pour Hiroto, l'extase était totale. Mais Saga n'en avait pas fini avec lui. Il entra un second doigt, puis un troisième. Enfin, quand il sentit qu'il n'en pouvait plus, que son corps entier tremblait, et qu'il allait devoir se faire violence pour ne pas entrer comme une brute en Hiroto, il enfila le préservatif d'un geste expert, le badigeonna de lubrifiant, et se positionna à l'entrée de l'intimité du jeune guitariste. Celui-ci retint son souffle, attendant la douleur, tout en s'efforçant de retenir les gémissements de plus en plus forts que lui imposait Tora par son mouvement langoureux.
Saga serra les dents et les poings, griffant le torse d'Hiroto au passage, et entra très lentement en lui, obsédé par la sensation de chaleur qui entourait désormais une partie de son membre. Sa volonté n'étant pas aussi forte qu'il l'aurait cru, il céda rapidement à la tentation, et pénétra plus vite à l'intérieur de son ami guitariste, lui arrachant un cri entre douleur et jouissance extrême.

-Saga...

Un cri d'Hiroto, à nouveau, Tora et Saga se regardèrent. Ils n'allaient pas pouvoir rester comme cela, à l'écouter crier et à se faire violence. Tora s'éloigna d'un pas, tandis que Saga perdait les pédales. Il commença un mouvement de va et vient, trop rapide et trop fort, incontrôlable. Il était prévu dans le plan que si cela dégénérait de la sorte, Tora devait l'arrêter. Mais celui-ci regardait le visage d'Hiroto, figé dans une expression entre extase et douleur, et ne pouvait plus bouger. Son corps entier tremblait. Il aurait voulu éjecter Saga de la pièce et prendre sa place au plus vite. 
Au lieu de cela il se leva et posa une main sur l'épaule de son ami bassiste, histoire de lui rappeler que c'était toujours Hiroto, que c'était sa première fois, et qu'il fallait aller doucement. Saga leva ses yeux vitreux et les planta dans ceux de Tora, lui faisait comprendre d'un signe de tête qu'il allait se calmer, et ralentit le mouvement, s'obligeant à être doux, tendre, ses mains parcourant le dos et le torse d'Hiroto en guise d'excuses. Celui-ci ne savait plus quoi faire, alors il agrippa la main de Tora et le tira vers lui, l'implorant du regard. Tora sourit.

-Il faut demander gentiment.
-Tora... S'il te plaît...

La voix d'Hiroto était rauque, il s'efforçait de taire ses gémissements, ce qui lui faisait mal à la gorge. A cet instant précis, un petit cri s'échappa d'entre ses lèvres entrouvertes, comme un appel. Tora ne pu résister plus longtemps, il revint à sa place, leva l'une des jambes d'Hiroto pour la placer contre son bassin et se remit à l'embrasser, son torse, son cou, ses lèvres, ses joues, son front, en somme tout ce qu'il pouvait atteindre. 
De son côté, Saga avait trouvé le bon rythme pour satisfaire à la fois le feu de son désir et Hiroto, dont c'était la première fois. Pas trop rapide mais pas trop lent non plus. Et c'était enfin parfait. Hiroto gémissait, à chaque fois que ses lèvres n'étaient pas capturées par celles de Tora, il sentait son corps mince se tortiller dans ses bras. C'était magnifique. Il n'avait jamais rien ressenti de pareil.
Après quelques minutes passées dans cette position – assez inconfortable, il faut dire, Hiroto se mordit la lèvre et ne pu retenir le dernier gémissement, le plus fort, celui qui le laissa tout pantelant et transpirant. Saga fit de même quelques minutes après.
Tora, par contre, avait un problème, et de taille...

-... Saga ?
-Je vais y remédier. Une seconde.

Saga allongea Hiroto sur le canapé, le couvrit d'une couverture qui traînait et revint vers Tora.
S'agenouillant devant lui, il entoura son membre de ses lèvres et le caressa avec sa langue, habilement, comme s'il avait fait ça toute sa vie, ce qui était un peu le cas. Tora se cramponna au bras d'un fauteuil, histoire de ne pas tomber comme un abruti, gémissant haut et fort, car il n'avait jamais été d'une grande discrétion. Sa grande gueule le précédait partout où il allait.
Hiroto regardait ce spectacle depuis son canapé, les yeux mi-clos, mort de fatigue. Il ne pouvait s'empêcher de ressentir encore du désir, après ce qu'il venait de vivre. Il savait d'avance que le sexe était quelque chose qui lui plairait beaucoup, à l'avenir.
Lorsque Saga et Tora eurent fini, ils aidèrent Hiroto à se relever et allèrent s'allonger tous les trois dans le lit de la chambre principale. Le plus jeune était au milieu, et n'avait tout à coup plus vraiment aussi sommeil.
Il ramassa son paquet de cigarettes sur la table de nuit et s'en alluma une, sous l'œil amusé de ses deux amis.

-Déjà adepte de la cigarette post-coïtale ?
-Hein ?
-C'est la meilleure, souligna Tora en chipant une clope dans le paquet d'Hiroto, avant de l'allumer avec un briquet qui traînait.

Saga, quant à lui, avait pensé à laisser son paquet de Vogue dans le coin, et s'en alluma une sans attendre. Les trois enfumèrent joyeusement la chambre, la transformant peu à peu en aquarium, ce qui les fit beaucoup rire. Ils s'endormirent au petit matin, après avoir terminé le paquet de cigarettes d'Hiroto.

THE END.

 

Arisu~Cocaïne ®

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×