Dying song.

Pairings : Alice (moi)/Ville Valo (ça faisait un moment que je le voulais celui-là ;))

Disclaimers : H.I.M (qui, où qu'ils soient, ne liront de toute façon pas ce truc alors...)

Avertissement ? [OUI] [NON]

Je précise que je suis fan de H.I.M à en mourir.

 


____________________________

 

 

L’air est doux. Le soleil réchauffe, sans brûler. L’herbe est encore fraîche de la rosée matinale, et pourtant il est près de seize heures. Il est allongé, les bras le long du corps. Sa chemise bleue est ouverte sur son torse sculptural, tatoué, ornementé, le plus beau et le plus précieux des joyaux. Sur sa tête, un bonnet noir. L’ensemble est complété par un jean sombre qui moule ses cuisses sèchement musclées. Sur son épaule droite, repose une main. Une longue main avec une bague à chaque doigt ou presque et des ongles vernis en rouge foncé. Il a les yeux fermés, il sourit, son souffle est paisible.

Au bout de la main, il y a un poignet – tatoué -, un avant-bras – tatoué-, et une épaule cachée sous un tee-shirt noir. Plus loin encore, un visage qui semble endormi, couronné de cheveux courts, teints en roux. Des yeux, clos eux aussi, dont les longs cils effleurent les joues pâles. Contre le bras à la chemise bleue, des seins ronds, très doux, imposants. Autour de sa jambe, moulée dans son jean, deux autres jambes portant des collants à imprimés léopard. Un jeune couple, somme toute, ne semblant former qu’une seule entité.

Oui, mais voilà… C’est plus compliqué que cela en a l’air.

Elle n’a que dix-neuf ans et est en plein milieu de ses études. C’est lors d’un voyage qu’elle l’a rencontré, et ils sont immédiatement tombés amoureux. Elle est une jeune fille sans histoire, dont tout le monde ignore jusqu’au nom. Ce nom, c’est Alice Trappers.

Mais lui, il a trente-deux ans, et est une star internationale. Il s’appelle Ville Valo. Il est le chanteur de H.I.M. Il l’aime éperdument, mais est conscient que, quelque part, ça n’ira pas. À un moment ou à un autre, elle s’intéressera à des garçons de son âge, cela ne fait aucun doute. Des garçons de dix-neuf ans, sans rides ni histoire, avec des désirs de gamins.

Le tout étant de profiter de l’instant présent, car c’est ce qu’on nous enseigne dès notre plus jeune âge.

Il se relève sur les coudes, le soleil joue à lancer ses rayons dans ses cheveux, les teintant d’un châtain plus clair, presque blond. Elle ouvre les yeux et glisse les doigts dans ces mèches folles qu’elle aime tant. Il sourit, se tourne vers elle, colle leurs corps, l’embrasse à pleine bouche. Son baiser a le goût des larmes. Combien de temps pourront-ils encore s’aimer ?

 

Mais elle l’enlace avec fièvre et répond à sa question muette en glissant sa langue entre ses lèvres.

Pour toujours, voilà. Cela ne s’arrêtera jamais, s’ils veulent que ça continue. Et oh, ils le veulent. De tout leur cœur, ils le veulent.

Un jour, elle l’a regardé, et elle a souri, avec ses lèvres comme avec ses yeux. Et elle a chantonné : I am scared to death to fall in love with you. Mais c’était déjà trop tard. Parce que lui, c’est un Heartkiller. Alors elle lui a dit let’s fall apart together now. Et il lui a souri en retour.

 

Ça n’est pas une love song. C’est une dying song.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×