Chapitre 5

Les yeux fixés sur le plafond, Alice esquissa un sourire.

 

-Dis, Gaby… Tu veux que je te raconte mon histoire ?

 

La voix qui lui répondit provenait de quelque part au niveau de son sein droit. Elle était curieuse, et posée, l’exact inverse de ce qu’elle avait été la fois précédente.

 

-Je t’écoute, Alice.

-Un jour, une jeune femme de vingt-sept ans rencontra un homme dans un bar. Ils couchèrent ensemble, et elle tomba enceinte. D’une petite fille. Qu’elle décida de garder. Cette petite fille naquit dans une ruelle, parce que sa mère avait oublié qu’elle était censée accoucher. Dès lors, la jeune femme considéra que ce bébé fripé qu’elle avait mis au monde comme on expulse un alien lui porterait malheur. Alors elle cessa de s’en occuper, plus ou moins. Le bébé grandit, et chercha de l’affection, partout où il pouvait en trouver. Et c’est ainsi qu’il se retrouva, une nuit, dans le lit d’un grand type blond, dans ses bras. (Son sourire s’agrandit, elle ferma les yeux) Fin de l’histoire !

-C’est triste comme histoire, dit Gabriel en lui caressant doucement le ventre.

 

Ses doigts s’accrochèrent contre le piercing au nombril d’Alice et descendirent, passant sous l’élastique de son boxer en dentelle noire. Elle frissonna.

 

-Gaby, je peux faire l’étoile de mer ?

-Non, je veux que tu me dise si tu n’en as pas envie.

-Je n’en ai pas envie, mais toi oui, alors je ferai l’étoile de mer.

-Alice, si tu n’as pas envie, on ne fait rien, voilà tout, murmura Gabriel en se serrant un peu plus contre la brunette, prêt à s’endormir.

 

La jeune fille fronça les sourcils, mais ne dit rien, se contentant de se tourner sur le côté. Sa relation avec Gabriel commençait à mal tourner, il tombait amoureux lui aussi. Il fallait d’urgence qu’elle y mette fin. Elle ne voulait pas d’un amour brisé, d’un amour de junkie ou de dépressif. Elle cherchait le prince charmant.

 

Quand s’apercevrait-elle qu’il n’existait pas ?

 

~

 

Le matin vint, et avec lui son lot de consternation. Alice s’était levée trop tôt, pour pouvoir rentrer chez elle en vitesse avant d’aller en cours, et elle était à moitié endormie dans son bus lorsque celui-ci se gara devant le lycée. Elle sortit, et un sourire naquit sur ses lèvres lorsqu’elle vit QUI l’attendait à l’arrêt.

Mihael, Cindy, sa b3stààh’, Kaythleen, Jonathan et Nathanael avaient formé une sorte de haie d’honneur protectrice. Derrière eux, Andréa souriait timidement, ne sachant pas très bien comment Alice allait le recevoir après leur dernière conversation. À côté de Jonathan, se trouvait Gabriel, décoiffé et à peine habillé, qui avait visiblement sauté de son lit. Le jeune gay qu’Alice avait vu dans le couloir de l’administration, Paul, était là aussi.

La meilleure amie de Cindy, Judy, qui se faisait surnommer Judicaël, s’avança en premier et dit de sa voix forte de jeune fille impulsive et têtue :

 

-Ton escorte te plaît, Alice ?

 

Un éclat de rire échappa à la brunette et elle passa la main dans ses cheveux avant de la glisser dans celle que lui tendait Judicaël.

 

-Beaucoup, oui. Mais Gaby et Jonathan ont des cours ce matin, ils ne devraient pas être là, si ?

 

Jonathan s’approcha d’elle avec un petit sourire contrit, et se pencha pour lui donner un très long baiser. Pas une seconde Judicaël ne lâcha sa main, pas même quand Alice la serra très fort, emportée par une vague de douleur, comme si son cœur était transpercé par mille flèches enflammées.

 

-Je te demande pardon, Alice, chuchota Jonathan en lui caressant doucement la joue. Je me suis comporté comme un gros con, la dernière fois, et je n’aurais pas dû.

-En même temps, ta sœur t’a déjà fait payer, pointa Alice en posant le bout de son doigt sur un bleu qui ornait la pommette de Jonathan.

 

Fière de son œuvre, Kaythleen sourit, ce qui arracha un éclat de rire à Mihael. Alice se tourna pour le regarder. Il tenait la main de Cindy, et était habillé simplement d’un slim noir et d’une chemise à carreaux noirs et bleus. « Un emo en puissance », pensa Alice en lui souriant, avant de revenir à Jonathan qui lui caressait toujours la joue.

 

-Je ne t’en veux pas, Jonathan. Pas du tout. (Elle lui vola un baiser) Va en cours.

 

Il acquiesça avec un sourire, et alla chercher Gabriel, qui était dans la même fac que lui, pour qu’ils partent. Judicaël et Alice rejoignirent le petit groupe qui les attendait, et se dirigèrent vers la grille du lycée, l’air victorieux. Pour une fois, comme si tout le monde s’était donné le mot, personne ne fit le moindre commentaire ni le moindre sifflement en direction d’Alice, ce qui la soulagea agréablement. À l’arrière de la bande, la brunette discutait avec Judicaël, qui était extrêmement gentille et très belle. Elle sentait qu’elles pourraient être amies, et cela la ravissait, parce qu’elle manquait cruellement d’amies. Derrière elles, fermant la marche, Andréa semblait plongé dans ses pensées, et regardait Mihael. Paul, qui n’avait finalement pas pu changer de lycée, discutait avec Cindy et riait. L’ambiance était détendue et sereine, et Alice se sentait heureuse. Pour la première fois depuis longtemps.

 

En arrivant dans la cour, son regard se posa sur un grand garçon bien fait qui regardait le panneau d’affichage. Visiblement un nouveau. Leurs yeux se croisèrent et elle sourit, et il lui sourit en retour. Elle nota avec joie qu’il avait de nombreux tatouages et que ses yeux gris la transperceraient sans problème s’ils étaient ennemis. Et décida qu’ils ne le seraient pas.

Suivant son regard, Judicaël aperçut elle aussi le jeune homme, et se tourna vers Alice.

 

-Ce mec, il est dans ma classe depuis trois jours. Il s’appelle Nicolas, tout le monde l’appelle Nico. Il est à moitié japonais. Beau, hein ?

-Terriblement.

-Alice, je voulais te demander… (Elle posa la main sur la joue d’Alice qui la regarda droit dans les yeux, la faisant rougir.) Tu ne voudrais pas qu’on sorte ensemble ? Les mecs te lâcheraient un moment, et puis tu me plais, mais je ne pourrais pas tomber amoureuse d’une fille donc ça ne risque rien.

-C’est une bonne idée. Je vais juste voir avec Kaythleen si elle m’en voudrait si je faisais ça. Considère pour l’instant que c’est oui, d’accord ?

 

Judicaël acquiesça, ravie, et rejoignit Cindy qui disait au revoir à Mihael, avant d’aller en cours. Alice, quant à elle, se dirigea vers Kaythleen qui la regarda approcher avec un sourire.

 

-Judicaël vient de me proposer qu’on sorte ensemble un moment. Pas de sentiments, c’est uniquement pour repousser les connards qui veulent coucher avec moi. Mais comme je t’ai repoussée à maintes reprises, je me disais…

-Non, ça ne me fait pas chier, t’inquiète pas. Ça fait un bail que j’ai lâché l’affaire avec toi, ajouta Kaythleen en riant.

 

Puis elle la prit par le bras, fit un signe de la main à Judicaël pour lui dire que c’était bon et l’emmena en cours.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site