Chapitre 12

Dio s’alluma un autre joint et fit machinalement un petit rond de fumée en regardant Etsuko qui massait un type, dans un coin de la pièce. Il semblait évident que le type en question aurait vendu son bras pour lui sauter dessus purement et simplement, mais elle se la jouait distante et désirable. Sur le côté, assis dans un canapé en cuir, Yoru et Arnaud discutaient. Arnaud semblait vouloir réconforter Yoru, qui devait encore s’être fait jeter par M. Fabre. Un léger sourire triste s’épanouit sur le visage du jeune homme aux cheveux noirs qui laissa l’autre poser la main sur sa joue, un geste plein de tendresse contenue et d’amertume à la fois.

Étourdi par tant d’amour, Dio détourna les yeux et fit un autre rond de fumée. Le type venait de se retourner brusquement et de renverser les positions, maintenant Etsuko au-dessous de lui. Il lui tenait les poignets. Les sourcils parfaitement épilés de Dio formèrent un accent circonflexe au-dessus de ses beaux yeux mordorés et il se leva, rejoignant la terrasse de la maison. Il s’assit sur une chaise et posa ses pieds sur la table en plastique, tout en tirant sur son joint. Il se demandait pourquoi il était aussi jaloux, soudainement ! Etsuko avait toujours fait tout ce qu’elle voulait, et il s’en était toujours foutu éperdument ! Et puis ils ne sortaient pas ensemble ! Alors pourquoi ?

Était-il… Amoureux ?

Beurk ! Rien que le mot lui soulevait l’estomac. Se retrouver à faire des choses stupides pour quelqu’un qu’on aime pendant trois ans maximum, et dont on finit par se lasser comme d’un groupe de musique passé de mode… C’était bon pour Alice ou Yoru ! Mais pas pour les créatures de la nuit comme lui ! Il soupira. Et si ça lui était arrivé ? Si lui aussi était entrain de devenir bête ? Il n’osait même pas y penser…

« Uruha, dieu des cuisses et des bouches sexy, dieu de tous les dieux, s’il te plaît, fais que ça ne soit pas ça… » Pensa-t-il en tripotant ses bagues, stressé.

La porte vitrée derrière lui s’ouvrit, et Yû, un de ses amis, entra en souriant.

 

-Alors maintenant tu déprimes tout seul sur la terrasse en te faisant des pers’, toi ?

-Oh, lâche-moi, tête de bite. J’ai pas la tête à ça.

 

Yû éclata de rire en secouant la tête, ce qui ébouriffa encore plus ses cheveux blonds (si c’était possible). Les quinze tonnes de gel qu’il se mettait tous les matins et ses grands yeux de bébé le faisaient ressembler à Cloud, de Final Fantasy. Alors qu’ils étaient au collège, Yû et Dio étaient inséparables. Depuis, avec le temps, ils avaient changé. Et Yû ne parvenait plus à suivre Dio dans ses frasques. Il aurait aimé le remettre dans le droit chemin, mais il ne savait plus très bien si c’était seulement possible.

 

-Qu’est-ce qu’il y a, Dio ? T’as pas l’air bien. Où est passé le « Dynamite Obsession » que je connaissais si bien ?

 

Dio se tourna à demi et plongea les yeux dans ceux de celui qui avait été son meilleur ami. Et… qui l’était encore, malgré tout ce qui avait pu se passer entre eux.

 

-Je réfléchissais, Yû. Je suis entrain d’être jaloux, et ça me ressemble pas. Je pense que je suis… (Dio vomit presque le dernier mot) Amoureux. Mais écoute, garde-ça pour toi, ok ? Je veux pas… Je dois baiser pour me sentir bien. Et si ça se sait, personne voudra plus me baiser.

-Dio, t’es vraiment un abruti fini. Dis-lui, que tu craques pour elle, ok ? Et elle, elle te baisera jusqu’à l’os !

-Qu’est-ce que t’en sais ? Et puis comment tu sais déjà, que c’est « Elle », et pas « Lui » ?

-Ça crevait les yeux, vieux. Je te connais par cœur. Ça se voyait, à comment tu la regardais, tout à l’heure.

 

Dio souffla un nuage de fumée, pensif, et écrasa son joint sous sa NewRock.

 

-Tant que ça ?

-Je te l’ai dit, Dio : je te connais par cœur.

 

Oh oui, il le connaissait par cœur. Il avait été sa première fois…

« C’était il y a bien longtemps… » Pensa Dio avec un petit sourire et un brin de nostalgie.

 

-Yû, mon ange, je t’aime pour la vie, susurra-t-il soudainement, regardant Yû l’air énamouré.

 

Le blond éclata de rire et lui mit un petit coup de poing dans l’épaule.

 

-Là je te retrouve, espèce de sous-merde ! Lèche mes ParaShoes, et après on en reparle.

 

Mais on pouvait lire dans ses yeux bleus qu’il avait oublié les frasques de Dio, et comptait repartir à zéro avec lui. C’était fait pour ça, les vrais amis, non ?

Dio se leva, lécha au passage les lèvres de Yû et retourna à l’intérieur. Etsuko était assise sur le canapé à côté de Yoru (Arnaud était parti chercher un verre) et semblait chercher quelqu’un. Sans rien dire, il la prit par la main et l’emmena dans la pièce la plus proche – à savoir, la cuisine.

 

-Faut que j’te parle.

-Vas-y, balance, mais roule-moi un joint pendant ce temps, dit Etsuko avec un grand sourire commercial.

 

Heureux d’avoir une raison valable pour détourner le regard, Dio s’assit sur le plan de travail et s’attela à sa tâche.

 

-Écoute, je vais pas te faire une grande déclaration d’amour à la con comme dans « Coup de foudre à Manhattan » ou un truc du genre. Je te dirai juste que, au jour d’aujourd’hui, je me sens amoureux de toi. Et je voudrais qu’on sorte ensemble. (Il colla sa feuille, une feuille transparente, pour une fois, qui faisait ressembler le pétard à un paquet d’herbes de Provence enroulé dans du scotch) Je dis pas que tu vas devoir ne coucher qu’avec moi pendant des mois, juste coucher plus avec moi qu’avec les autres blaireaux que tu as l’habitude de fréquenter.

-Ça ne sera pas difficile.

 

Étonné, il releva les yeux, tendant le joint à Etsuko. Elle le regardait en souriant.

 

-C’est un oui ?

-C’est un double oui, même.

-Sérieux ?

-Arrête, putain, j’ai l’impression d’être dans « Les beaugosses », soupira Etsuko sur un ton si désespéré que Dio éclata de rire.

 

Il la prit par le bras, l’emmena vers la chambre et murmura, en regardant droit dans les yeux bleus de bébé qui l’observaient :

 

-Note perso : toujours écouter Yû.

 

Yû esquissa un sourire victorieux et retourna vers son petit ami, qui, overbourré, quémandait un baiser depuis environ une demi-heure.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site