Chapitre 1

« La première fois que j’ai vu Jacob Black, c’était le premier jour de lycée. Je l’ai tout de suite remarqué, il tranchait au milieu des autres élèves. La peau mate, les cheveux noirs et épais, bien que courts sur sa tête, et surtout, une musculature très imposante. Ce jour-là je ne savais rien de lui, sauf qu’il était vraiment très sexy.

Il a été dans ma classe, par un coup du destin, et, en tant qu’élève ouverte (au moins en apparence), j’ai été élue déléguée provisoire. Le professeur principal m’avait chargée de faire un bilan de la classe, et d’interviewer, en quelque sorte, les autres élèves. Savoir où ils habitaient, que faisaient leurs parents, pourquoi ils avaient choisi la section littéraire, et tout le baratin indispensable à une superbe fiche de présentation à l’attention des profs.

Quand je suis arrivée à Jacob, j’ai été ébranlée par ses réponses.

 

On était assis, l’un en face de l’autre, il était très calme, posé. Il ne souriait pas, je lisais dans ses yeux une grande souffrance, mais il ne semblait pas bouder non plus. Il était neutre, comme détaché. Je me raclai la gorge et posai ma première question : où vivait-il ?

 

-En ce moment, je vis dans une famille d’accueil. Mais ça ne va pas durer.

-Que fait ta vraie famille ? Où est-elle ?

-J’ai quitté mes proches, il y a environ un an, pour raisons personnelles.

 

J’imaginais toutes sortes de violences parentales, de viols et autres tortures inimaginables, et un éclair de compassion me traversa. Ce pauvre garçon avait dû en voir de belles, pour être si sombre.

 

-Pourquoi as-tu choisie la section littéraire ?

-Parce qu’ELLE était en scientifique.

 

Il se leva, me balança un regard incroyablement triste et profond et s’en alla sans dire un mot de plus. Je me demandai un moment si je devais écrire cela sur ma fiche, puis rayai finalement la question en haussant les épaules : le pauvre Jacob avait bien le droit à un peu de vie privée.

J’étais moi-même dans une passe très difficile. Mes parents n’en avaient plus rien à foutre de moi, et mon unique amour depuis deux ans me violentait chaque jour. Autant dire que ma vie n’était pas des plus joyeuses. Cependant, je me concentrais sur autre chose pour garder la tête hors de l’eau. Et cette autre chose, ce fut Jacob Black.

Au fur et à mesure que passaient les premières semaines, je fus de plus en plus curieuse. D’abord je cherchai à connaître son passé, ses amours passées, qui était cette ELLE. Il ne me répondit jamais, se dérobant à chaque fois par une pirouette de langage. Mais ce petit jeu nous conduisit à passer pas mal de temps ensemble.»

 

FIN DE L'EXTRAIT DU JOURNAL D'ALISON

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site